Comment hiverner sa piscine pour évite les algues

L’hiver est une période délicate pour les piscines. L’hivernage figure parmi les mesures de protection efficaces. Il évite la prolifération des algues, protège le bassin du gel et préserve la structure. Le respect des détails garantit l’efficacité de la procédure. Comment bien hiverner sa piscine ? Suivez le guide.

L’hivernage concerne la majorité des piscines

Le gel et le froid menacent les équipements, ils stimulent aussi la multiplication des algues. Quelle que soit la taille de votre bassin, il faut procéder à son hivernage. Toutefois, les modèles gonflables seront rangés dans leur boîte. De même, les piscines intérieures qui bénéficient d’un chauffage permanent peuvent toujours accueillir des baigneurs.

Le bon moment pour hiverner votre piscine

Vous lancez l’hivernage lorsque la température de l’eau se stabilise entre 12 et 15°C durant quelques jours. Les bactéries et les algues se multiplient à grande vitesse au-delà de ce seuil. En revanche, si vous tergiversez, vous auriez une mauvaise surprise, car les gels surviennent sans prévenir et endommageraient vos installations.

Nettoyer la piscine avant l’hivernage

Une forte accumulation de saletés pendant l’hiver abimerait les installations. Vous aurez également une grosse corvée quand le beau temps reviendra. Un nettoyage complet est ainsi recommandé. Mobilisez tous les moyens pour nettoyer le fond, les parois, la ligne d’eau et l’escalier. Prenez le temps de traiter les paniers de skimmer, le préfiltre et le filtre.

Garder une quantité d’eau suffisante

L’eau joue un rôle essentiel, même sans les baignades. En effet, le sol exerce une pression énorme sur les structures. L’eau du bassin joue un rôle de contrepoids, elle contribue également au maintien du liner. Sans elle, les parois risquent de se fissurer. Le montant des réparations serait alors énorme au printemps. Les buses de refoulement et la prise balai constituent un repère fiable. Le niveau de l’eau se situe juste en dessous de ces équipements, à environ 10 cm.

Comment pratiquer l’hivernage actif ?

Cette solution est efficace si vous habitez dans les régions tempérées. La piscine fonctionne au ralenti. Vous activez la filtration pendant une ou deux heures. Cette option requiert une surveillance régulière de la température extérieure. Un niveau proche de 0 endommagerait les canalisations. Continuez le traitement de l’eau. Les produits empêchent aussi le dépôt de calcaire. Et surtout, la remise en route devient plus facile.

L’hivernage passif, une méthode efficace

L’hivernage passif implique un arrêt total de la filtration, il nécessite une vidange du circuit. Un traitement choc éliminera les micro-organismes, un ajustement du PH améliore la qualité de l’eau. Lancez le système durant une journée avant son arrêt. Ensuite, retirez la pompe et le filtre. Vous pouvez aussi enlever le plongeoir et l’échelle. Le déploiement d’une bâche protège la piscine du froid.

Utiliser une couverture adaptée à l’hiver

Couvrir le bassin renforce la protection. Vous avez le choix entre la bâche d’hivernage ou la bâche à barres. Si vous avez un volet, c’est le moment de le déployer. Ces éléments garantiront la propreté de votre piscine.

Les dispositifs anti-gel complètent l’action des couvertures dans les régions où l’hiver est particulièrement rude. Les gizmos, le flotteur d’hivernage pour piscine, les bouchons et les coffrets hors-gel maximisent le résultat. Les fabricants proposent des modèles variés, les enseignes de bricolage facilitent l’accès à ces articles.

Enfin, ajouter un produit d’hivernage est conseillé. Il empêche la prolifération des algues et des bactéries.

Hivernage : assurer une surveillance continue

La piscine nécessite une attention constante. Un redoux favorise le développement des algues et requiert un traitement choc. Lorsque la température revient à 12 – 15°C, remettez votre piscine en marche. Une attente supplémentaire réduirait vos efforts à néant. Le réchauffement de l’eau boostera la croissance des micro-organismes.